Éduquer

Quelques nouvelles, janvier 2015Bus de l'association Atlas pour les enfants du collège
Un bus de 34 places a été donné en septembre dernier par la compagnie d’assurance Sanad. Les parents d’élèves donnent 60 Dh par mois pour  le salaire du chauffeur et l’entretien du bus, la commune participe aux frais de carburant. C’est à travers  l’association locale traditionnelle, la jmâa que sont collectés et gérés les 60Dh (la quote -part des parents délèves)
. Quant au préscolaire il y a environ 42 élèves dont 19 dans la grande section.
Les deux éducateurs, Hussein et Abdou, ont bénéficié d’une formation durant un an, dans le seul  centre spécialisé au Maroc qui forme les éducateurs de préscolaire (qui n’est pas pris en charge par l’Etat )
 Internet  n’est pas encore au village malgré les promesses faites par Maroc Telecom). C’est pourtant une donnée indispensable pour permettre à Saïd de gérer les demandes de réservation du  gite.

Les inondations (qui ont fait beaucoup de dégâts au Maroc, surtout au Sud) ont coupé les deux routes d’accès au village… Un pont effondré vers Imilchil, et il est très difficile de passer les gorges du Todra, pour aller à Tineghir..  Mais la route est praticable jusqu’au collège et le cycle d’études  n’a pas été perturbé.
On peut voir le bien-fondé de notre action par le nombre d’enfants qui ont fréquenté le préscolaire et sont maintenant inscrits au collège. Les élèves qui dépassent le niveau primaire sont le meilleur gage de réussite de l’action de l’association, d’autant que ces enfants sont parmi les meilleurs élèves (dixit le directeur du collège).

Les actions de l’association

 L’éducation : une priorité

Dans la zone d’Aït Hani, le taux de  scolarisation est de 85% environ  pour le cycle primaire mais n’atteint que 48%  dans le cycle collégial. Les familles préfèrent garder leurs enfaAït-daoud, association Atlasnts sur l’exploitation familiale où ils rendent de nombreux services, bergers pour les garçons, travaux domestiques et garde des petits pour les filles à partir de 6 ou 7 ans.

Jusqu’à présent, pour les parents, l’école n’était pas une priorité puisqu’elle ne débouchait pas nécessairement sur un emploi.

Afin d’inciter les parents à scolariser tous leurs enfants, l’Association ATLAS  a pris le problème à la base, en créant un préscolaire qui prépare les enfants à leur entrée à l’école.

Première étape

La préscolarisation : 99 % des enfants d’Aït-Daoud préscolarisés
La préscolarisation est la première activité réalisée par l’Association car c’est une composante fondamentale de l’éducation en milieu rural berbérophone, et ceci pour deux raisons :
– c’est la première forme de socialisation des enfants car les mamans ont peu de temps à leur consacrer, du fait de leur très lourde charge de travail, qu’il s’agisse des travaux domestiques ou des champs ; les enfants sont généralement confiés à leur grand-mère paternelle.
– l’arabe étant la langue officielle employée à l’école, ils ont de ce fait un handicap linguistique au départ qui influe sur le début de leur scolarité.

Pour résoudre ce problème, un jardin d’enfants a été mis en place pour accueillir chaque année 50 enfants environ, âgés de 4 à 6 ans. Il est opérationnel depuis 2003 et les résultats sont bien tangibles, selon les enseignants du primaire et la délégation de l’éducation nationale de Tinghir.

Deux éducateurs qualifiés préparent ces enfants à l’entrée à l’école, tout en les sensibilisant à leur environnement :
– apprentissage de la langue arabe qui n’est pas utilisée dans la vie courante, en milieu berbérophone,
– sensibilisation à l’hygiène corporelle avec les douches installées à l’école et bucco-dentaire avec le brossage le brossage des dents pour les petits, une prioritéquotidien des dents
– protection de l’environnement,
– utilisation des énergies renouvelables avec la production d’eau chaude par le solaire,
-entretien, auquel les enfants participent ,d’un verger et d’un potager dont les produits : olives, abricots, pommes et poires, sont équitablement partagés.

Les parents ont pleinement conscience de l’importance de cette action puisque 99% des enfants du village en âge d’être préscolarisés sont présents chaque jour, durant l’année scolaire.

Seconde étape 

Soutien au cycle primaire
Après les deux années de préscolaire, un problème s’est alors posé : celui de la déperdition scolaire lorsque les enfants entrent à l’école. En 2003, le taux d’abandon était association Atlas, Aït-daoud particulièrement élevé (28% environ) et le niveau scolaire très bas. Les enfants perdaient alors progressivement le bénéfice de leurs acquis.
Pour tenter d’y remédier et  limiter cette déperdition, à la rentrée 2008/2009 l’association a initié un projet, en partenariat avec la Délégation de l’Education Nationale  provinciale de Tinghir.
Il s’agit de former les élèves à l’utilisation de l’informatique dans l’école primaire d’Aït Daoud. Cette initiative  favorise un apprentissage plus pratique et plus ludique qui  motive davantage enseignants et enseignés, préparant ces derniers à leur entrée au collège.

A la rentrée 2013/2014, tous les enfants d’Aït Daoud qui avaient fréquenté le préscolaire ont été reçu à leur examen d’entrée au collège alors que pour les enfants du douar voisin qui présente les mêmes caractéristiques, mais qui n’ont pas bénéficié des prestations dispensées par l’association à Aït Daoud (préscolaire et informatique), seuls 56% d’entre eux ont été admis au collège.

Soutien au cycle collégial
La plus grande déperdition scolaire, surtout pour les filles, se situe lors de l’entrée au collège car ce dernier n’est pas à Ait Daoud mais au chef lieu de commune Aït Hani, distant de 9 km. Les moyens de transport et d’hébergement étant insuffisants, pour les filles notamment,  les parents les retiraient de l’école.

Pour contribuer à lever cet obstacle, l’association vient de fournir un bus pour le transport des élèves. L’association va aussi poursuivre  son action en informatique en aidant à la fourniture d’ordinateurs pour le département informatique du collège.

Par ailleurs, des livres et dictionnaires vont être fournis pour la bibliothèque.